Il nous parle de la Chine qui change et qui demeure, ou des joies incommunicables d’un simple regard posé sur la caméra.

Hassa n’en est certes pas à son coup d’essai et il vient justement de réaliser un coup de maître en remportant le prix d’excellence du livre de photographie au prestigieux concours de Pingyao pour son ouvrage « Mon Qingdao ». Éminent photographe humaniste chinois, très attaché à sa terre dont il explore tous les contours, Hassa cueille l’instant lumineux comme d’autres cueillent le jour, il donne à voir le fugitif, l’éphémère, et le retient sur la pellicule de son Leica comme pour le suspendre.

Il nous parle de la Chine qui change et qui demeure, ou des joies incommunicables d’un simple regard posé sur la caméra. En plus d’une exposition sur Qingdao qui s’attache principalement à montrer la population bigarrée qui compose la Chine du XXIe siècle, Hassa propose une conférence d’une grande érudition sur l’histoire de la photographie et notamment sur son photographe de prédilection, Henri-Cartier-Bresson.

www.hassa618.com/