Albert Londres, ou le mythe du grand reporter français

« Depuis plus d’un demi-siècle, le nom d’Albert Londres est synonyme de mythe » - Pierre Assouline

A l’occasion du 80ème anniversaire de la création du Prix Albert Londres, le « Goncourt » du journalisme, qui récompense chaque année le meilleur "Grand Reporter de la presse écrite", l’Alliance française de Pékin convie Pierre Assouline, journaliste, biographe, romancier, auteur notamment de la biographie d’Albert Londres (Albert Londres : vie et mort d’un grand reporter (1884-1932), Paris : Balland, 1989), à revenir sur cette figure controversée du journalisme, en compagnie du journaliste Richard Arzt.
Cette rencontre sera l’occasion de revenir également sur la vie d’Albert Londres, et sur ses différents reportages en Chine, qui finirent par lui coûter la vie. Le grand reporter n’est en effet jamais revenu de son dernier reportage en Chine, et un halo de mystère entoure sa disparition. A son retour, en 1932, alors qu’il semble être en possession d’informations confidentielles concernant un possible trafic d’armes et de drogue, il meurt dans l’étrange incendie du Georges Philippar, le bateau à bord duquel il se trouvait. Énigme qui nourrira bien des suppositions et autres théories du complot.
Le brouillard sur les circonstances de cette mort a contribué à créer un mythe entretenu et structuré par le prix. Comme toute figure mythique, celle d’Albert Londres fait également l’objet d’un débat. Car si la figure d’Albert Londres s’avère en effet structurante de l’image du grand reporter telle que l’affectionne la presse française, avec son incessante envie de voyager, sa verve littéraire, son engagement et son militantisme, elle n’en est pas moins controversée. Certains journalistes n’hésitent pas à dénoncer en effet les piètres qualités journalistiques et le manque de rigueur de celui dont le nom est devenu synonyme du prix le plus prestigieux de la presse française. Si "Albert Londres est certainement celui qui personnifie le plus l’image idéale du reporter, il n’est pas, en dépit du prix prestigieux qui porte son nom, l’exemple à donner en tous points aux jeunes journalistes d’aujourd’hui.” nuance Bernard Voyenne, journaliste et enseignant à l’École de journalisme de Paris.
A l’ère du tout numérique et de la crise de la presse écrite partout dans le monde, cette rencontre permettra d’apporter un éclairage sur la définition du rôle et des caractéristiques du métier de journaliste aujourd’hui.