Quand les murs de la ville deviennent des palettes de peinture

Les murs sont au cœur des recherches photographiques de FaMo. Dans chaque ville où il déambule, il les observe minutieusement. En 2010, il décide de transformer son appareil photo en pinceau, et les murs en palettes de peinture. Dès lors il commence à photographier des murs et y prélève couleurs, matières, traces et lumières avant de les projeter sur une toile formant différents patchworks originaux pour chaque œuvre.

JPEG - 74.6 ko
©FaMo

« Je me souviens.
Des zéliges et des azulejos, des patchworks sur les murs des immeubles en démolition.
La mémoire est un puzzle pousse-pousse. Des centaines de fragments. Là un trou noir. L’oubli. La pièce manquante permet de faire circuler les autres, transformer l’espace, le métamorphoser, déconstruire et construire encore.
Chaque bord de mur m’offre un retour aux sources de la peinture.
Pariétale.
Au berceau, au b.a.ba, à l’enfance de l’art. »
FaMo

Plus d’informations : www.welovemo.com